Minus & Gadouille Minus & Gadouille

Aujourd’hui, rendez-vous au grenier pour trouver des pochoirs pour décorer les fenêtres

JPEG - 23.4 ko

Le grenier de la maison de Minus et Gadouille occupe le premier étage de la tour en pierre, au dessus du laboratoire de Gadouille. C’est aussi par là qu’on accède à la tourelle d’observation.

Il s’y entasse toutes vieilleries oubliées d’aventures passées et les malles des différentes fêtes de l’année. C’est donc là que l’on trouve la malle de noël qui somnole de longs mois avant décembre. Il y est rangé les accessoires pour décorer la maison et aussi les souvenirs des années passées.

Aujourd’hui, on y trouvera les pochoirs en forme d’étoiles qui servent à décorer les fenêtres.


Matériel

  • Du papier plutôt fort
  • Un pinceau brosse assez gros si possible (au moins 2 cm)
  • De la gouache blanche
  • Un cutter (attention aux doigts comme toujours !)

Télécharger d’abord les trois feuilles à pochoirs ci-dessous :

JPEG - 364.3 ko
JPEG - 432.9 ko
JPEG - 357.2 ko

Il s’agit de trois types d’étoiles différents déclinés en plusieurs tailles. Imprimer (format paysage) sur le papier fort ces pochoirs à la taille maximum possible pour votre imprimante.

Il faut évider l’intérieur des étoiles selon les tracés à l’aide du cutter.

Poser une feuille sur la vitre d’une fenêtre, il faut bien la maintenir en plaçant bien ses doigts sur les bords de l’étoile que l’on va utiliser pour ne pas que la papier se soulève.

Mettre de la peinture uniformément sur le bout du pinceau brosse : il faut éliminer le surplus en tapotant le pinceau sur du papier à côté. Puis appliquer la peinture en tapotant doucement (sans appuyer trop fort) le pinceau à l’intérieur de la forme étoile sans avoir peur de dépasser sur le papier.

Retirer aussitôt le pochoir et procéder ainsi de suite à un autre endroit une autre forme ou autre taille d’étoile.

Pensez tout de même au ménage que vous êtes prêt à faire après la fête.

Et voilà le travail, une voie lactée sur vos fenêtres !

Air frais du matin
te rappelle que ton nez tient !